_______________________________________________________________________________________________________

 

LE DERNIER RETOUR

Notes

 

_______________________________________________________________________________________________________

Chapitre I.7 :

Les bronzés à la plage
L'écureuil impromptu...
La tête dans le sable...

 

________________________________

Les bronzés à la plage...

Si je me goure pas, vu que je rédige ces notes un rien en retard par rapport à la sortie du chapitre concerné, le passage où Nedjeth, Vicius et Neithan jouent les spectateurs en haut de la falaise apporte la première vue d'ensemble sur les nouveaux chevaliers de bronze. La fin du chapitre précédant ayant proposé la même chose pour les chevaliers d'argent avec la cérémonie de leur investiture.

D'aucuns se demandent peut-être comment j'ai choisi entre argent et bronze pour les constellations concernées, et d'aucuns diront peut-être que j'ai commis quelques boulettes. Possible, pour les puristes. Mais en l'occurrence, encore une fois je ne m'appuie pour écrire le DR que sur le support qui m'a fait aimer Saint Seiya (et d'ailleurs le seul que j'aie regardé) à savoir l'animé. Je ne cherche de cohérence que vis à vis de ce support, ainsi qu'avec la proportion 12, 24 et 48, indiquant officiellement le nombre de chevaliers par caste. Après les autres informations, les officielles, les canons, les arbitraires, aussi bien celles de G, de LC, de ND, que je n'ai pas lus et que je ne lirai probablement pas, je m'en moque royalement. Donc, si je ne compte pas les rajouts ambigus Cristal, Tarentule, Paon et Lotus, et si me suis pas planté dans mes comptes, on arrive bien à 24 pour les chevaliers d'argent entre les constellations de l'animé et celles du DR. Bon, coup de bol hein, j'avoue ne m'être intéressé à ce chiffre que bien après avoir créé mes personnages ^^

Nanti de cette liberté, pour lier les nouvelles constellations que j'ai choisies aux deux castes argent et bronze, j'ai choisi de m'appuyer sur une forme de logique la plus spontanée qui soit, discutable certes comme tout choix arbitraire, mais qui me convient parfaitement. J'ai tout simplement pris le parti de lier à la caste argent les constellations avec une forte connotation symbolique ou une référence mythologique évidente, et à la caste bronze les constellations à première vue plus quelconque, et pour la plupart animale. Une sorte de hiérarchie qui est en partie présente dans l'animé : à part Andromède, tous les chevaliers de bronze sont sous une constellation animale. Et les cinq héros, à part Hyoga, ont pour eux une référence plus mythique qu'ordinaire (et oui je sais, licorne et hydre font parties des laissés pour compte, mais j'ai dit que cette hiérarchie était seulement en partie présente ^^). De même, à part le cas particulier d'Andromède, les figures mythologiques, Céphée, Hercule et consort, se retrouvent toutes parmi les chevaliers d'argent (et oui je sais, on trouve aussi le lézard, la mouche, le corbeau, mais j'ai dit que cette hiérarchie était seulement en partie présente, rooh mais hein ^^). Enfin voilà, ça ne fonctionne peut-être pas parfaitement avec l'animé, mais c'est ce que j'ai choisi pour le DR. C'est pour ça que Bouvier, Lynx, Dauphin, Oiseau de Paradis et Serpent sont des bronzes dans le DR, et pour ça que Autel, Bérénice, Argo, Croix du Sud, Eridan, Coupe et Ecu sont d'argent...

________________________________

 

L'écureuil impromptu...

Non non, il n'y a pas de message subliminal là derrière. Ni de ficelle discrète à remonter vers les rouages cachés d'un mystère secondaire. Rien qu'une belle boulette de la part de l'auteur ^^. Pour ceux qui n'auraient pas tilté, cherchez où vous voulez une référence authentique à une soi-disant constellation de l'écureuil, mais autant vous dire tout de suite que vous aurez du mal à dénicher quelque chose...
Initialement, Chadek devait être le chevalier noir du Lièvre. Et puis allé savoir ce qui s'est passé au moment d'écrire, j'avais bien en arrière plan de ma conscience l'image d'une petite bestiole innoffensive et bondissante, mais il s'est produit un ch'tit amalgame malgré moi, et l'écureuil a pointé le bout de son nez aux dépens du lièvre. Allez savoir pourquoi...
Je ne m'en suis aperçu qu'au chapitre suivant. Du coup j'ai laissé les choses en l'état. Un peu par flemme de revenir en arrière c'est vrai, et puis parce que l'erreur ne prêtait pas à conséquence et qu'elle m'a plutôt fait sourire. Sans compter que je me suis bien fait marrer tout seul en lui imaginant une attaque à la Tchaïkovski ("Cracking Nuts" étant ma libre traduction de "Casse-Noisette), pour un coup de genou en avant, la blague était facile mais bon ^^...

________________________________

 

La tête dans le sable...

Le Bouvier contre le Liè... l'Ecureuil. Voui, parce que ce combat a beau être quasiment anecdotique, j' vous assure qu'il y a plein de petites réflexions là-derrière ^^.

J'ai porté une attention toute particulière à cet affrontement, parce que mine de rien, il s'agit du premier véritable combat du DR. Vous aviez certes déjà eu droit à Vicius vs Dinen, mais il ne s'agissait que d'un entraînement, et le bref échange entre Apeliote et le duo Laer / Haudh un simple malentendu sans conséquences. A oui, et la petite altercation entre Sirion et Isil, mais celle-ci était tellement gratuite et en marge de l'histoire que j'ai failli ne pas m'en souvenir. Enfin bref, disons que c'est le premier affrontement représentatif de l'opposition entre le Sanctuaire et un autre camp.

Le choix des chevaliers noirs présents en Namibie a été guidé par une volonté de former un groupe plutôt hétéroclite. Une petite pointe de mystère avec l'Horloge Noire (victime d'une inversion malencontreuse elle aussi avec la Boussole Noire, à croire que j'avais un peu la tête ailleurs en écrivant ce chapitre), pour la petite curiosité instinctive quant aux pouvoirs associés à cette constellation. La Noire Cassiopée pour rompre avec le systématisme masculin des exilés de l'île de la Reine Morte. Le Lièvre / Ecureuil Noir pour le coté incongru d'un signe à la connotation pas du tout menaçante alors que le statut Chevalier Noir apporte naturellement une adversité sous-jacente. Et le Loup Noir en contraste avec l'Ecureuil Noir, pour la bête sauvage justement, et parce que j'aime bien l'animal en lui-même d'où l'envie de lui donner un rôle un peu plus approfondi le faisant apparaître assez tôt. (Et pfffiuuu, dur d'éviter les spoils en écrivant ces fiches très en retard ^^).
Pour le camp athénien, je suis parti de l'idée deux maîtres et leurs élèves respectifs, il me paraissait tout à fait sensé que les têtes pensantes puissent concevoir ainsi un groupe de reconnaissance. J'ai tout de suite écarté Nachi parce que je ne voulais pas de deux loups face à face, je ne dis pas que ça n'aurait pas été intéressant, mais la rencontre aurait eu l'air tout à fait artificielle, un peu fort de café la coïncidence compte tenu de tous les signes disponibles. Ensuite, entre les restants Jabu, Ichi, June, Ban et Geki, il me semblait relativement logique de choisir une paire par affinité entre les personnages. Ban et Geki se sont donc imposés relativement facilement, même ci cette affinité n'est pas indubitablement illustrée dans l'animé, elle est du moins assez répandue dans le domaine du fanwork, et à moi cela convenait parfaitement.

Comme toujours, ce sont les dialogues, qui par leur naturel et leur spontanéité, guide chez moi l'évolution du contenu encore flou du chapitre entre les grandes lignes directionnelles clairement définies au départ. Lesquels dialogues m'ont rapidement amené à envisager un duel. Là encore, un choix à exercer, celui des deux participants. Un choix qui devait prendre en compte des données de deux niveaux, celui de la cohérence globale de la scène, et celui de mon intérêt à l'illustrer. L'Ecureuil Noir est arrivé en premier, découlant de la logique derrière les propos des chevaliers noirs. Avec comme avantage immédiat celui d'une petite surprise pour le lecteur qui je pense ne s'attendait pas à ce choix, et comme inconvénient celui de m'emmerder considérablement. Autant je n'aurais pas eu de problème à imaginer se battre Cassiopée, l'Horloge ou le Loup, autant l'Ecureuil -___- ... Mais bon, la dimension logique en l'occurrence était trop importante dans la scène pour que je passe au large sans que ça manque de naturel. Pour son adversaire, considérant tous les personnages du DR et le besoin pressant de développer rapidement les nouveaux, j'ai tout de suite écarté Ban et Geki pour restreindre le choix à leurs élèves. Et là, en grand masochiste que je suis malgré moi, je me suis dit que puisque j'avais déjà un combattant pas évident à mettre en scène, autant jouer le coup à fond comme ça. Un lynx c'est facile, ça griffe, ça mord, ça saute... Donc va pour le Bouvier ^^. Et j'en ai été récompenser puisque ce choix rendait l'opposition entre le grand costaud puissant et le petit fragile pas efficace totalement déséquilibrée, et renforçait d'autant le symbolisme de l'affrontement, et la valeur de son dénouement.

Très important, car ce premier vrai combat devait passer par une mise en avant des valeurs classiques à Saint Seiya. Ceux qui ont lu l'article sur la peur dans le DR savent pourquoi, article que je déconseille de lire si vous n'êtes pas déjà arrivé aux trois derniers chapitres du DR. Les valeurs en question, tout un chacun en a sans doute une perception très personnelle, en ce qui me concerne je les définirais globalement comme des valeurs morales exacerbées par la force de conviction et la dévotion à l'altruisme. Ce à quoi l'on pourrait fort bien associer le célèbre "tout ce qui est or ne brille pas, tous ceux qui errent ne sont pas perdus" du Seigneur des Anneaux.
En conséquence de quoi, le plus faible "cosmiquement" des deux adversaires devait gagner le duel, ou plutôt puisque je savais quelle issue réclamait le scénario, le vainqueur devait avoir été le plus faible du combat. Cependant, vouloir renouer avec des valeurs classiques n'impliquait pas pour autant proposer un combat classique, dangereusement proche du combat cliché. C'est pour ça que j'ai opté pour une autre solution que le trop familier dépassement de soi du plus faible dont la cause est juste. Le plus fort combattant est bel et bien resté le plus fort, et néanmoins la victoire est allée comme il se devait au plus faible. Ainsi les valeurs morales de l'Ecureuil Noir sont d'autant mises en valeur qu'il ne les impose pas au Bouvier malgré-lui, il les fait comprendre, et c'est le Bouvier qui en reconnaît l'authenticité contre le cours du combat, jusqu'à prouver son propre sens moral en abandonnant la victoire au profit de ces valeurs malgré sa supériorité. C'est cela que j'ai voulu mettre en scène : les valeurs classiques de Saint Seiya dans un combat qui l'est moins, le résultat de l'affrontement entre deux combattants qui sont malencontreusement dans deux camps opposés alors qu'ils ont une conscience comparable de ce qui est juste...

________________________________

 

vers les notes 6 vers le chapitre 7vers les notes 8